Mon corps. Pour le meilleur et pour le pire.

A quel moment décide-t-on de vivre avec ce que l’on a? Je veux parler de son propre corps, de ses imperfections, de ses kilos en trop et de ses bourrelets disgracieux. Qu’est ce qui fait qu’un jour on décide d’envoyer balader tout ce qui nous pourrit la vie? Comment en arrive-t-on à accepter son corps et enterrer la hache de guerre?

Je n’ai jamais réellement su si je voulais me débarrasser de ce corps qui au final ne me gênait pas tant ça, mais une chose est certaine, mon corps dérangeait tous les autres; médecins, famille et amis. Mon corps de grosse, je l’ai toujours connu et avant une certaine époque, avant de lui déclarer la guerre, j’étais bienveillante envers lui. Je lui faisais faire du sport, je le chouchoutais, je l’autorisais à vivre et à s’exprimer. Jamais je ne lui avais reproché d’être hors norme. En retour, Il était lui aussi, bienveillant avec moi, toujours confortable, jamais il ne m’avait fait souffrir. Nous vivions heureux ensemble, jusqu’au jour où j’ai laissé, indépendamment de ma volonté, les autres s’immiscer entre nous.

J’ai commencé par le détester et lui aussi d’ailleurs, il me haïssait et à ce jeu c’était toujours lui le vainqueur. Durant une certaine période, je lui faisais énormément de mal parce qu’il me rendait malade dans ma tête et dans ma chair. Qui de nous deux faisait le plus de mal à l’autre? J’étais usée par tout cet acharnement et tous ces échecs.

Il m’a fallu un électrochoc pour comprendre que j’étais mon propre ennemie, J’ai été faible de laisser les autres me dire que je n’étais pas assez bien pour eux, pour tous autres.

Après quelques années d’acharnement et d’échecs, il ne me restait plus qu’une seule alternative; accepter mon corps et si possible réussir à m’épanouir en tant que femme avec un corps de grosse. Je ne savais pas comment j’allais m’y prendre mais je savais qu’il fallait atteindre cet objectif pour me sortir de la prison dans laquelle je m’étais enfermée.

Je refusais de considérer cela comme une résignation fataliste mais de l’accepter de tout mon être et pas uniquement intellectuellement. C’était bien plus qu’un simple problème d’un apparence, il s’agit réellement de la souffrance d’un corps blessé et d’une estime de soi complètement brisée. J’avais pris conscience que la meilleure façon de procéder était de reconnaître en mon corps un héritage familial, un parcours et une histoire unique. Les formes d’une vie.

Accepter ce corps, c’est savoir le regarder avec indulgence, c’est cesser de le traiter avec mépris et accepter ses imperfections. Accepter son physique, c’est aussi accepter que le temps passe, et que son corps de femme est amené à subir des changements tout au long de sa vie.

Puis accepter, c’est aussi apprendre, à lâcher prise et s’accorder du répit. C’est tellement agréable de se délester de ce fardeau. C’est tellement bon de se sentir épanouie dans son corps et dans sa vie de femme…

Il faut aussi de l’amour, s’aimer et autoriser les autres à nous aimer. Il faut s’offrir la liberté d’être soi-même dans sa vie, dans ses choix et être soi-même avec les autres. Aussi, s’accorder le droit de se faire plaisir en prenant soin de ce corps qu’on a longtemps maltraité, s’occuper de lui pour se sentir mieux au monde, de l’habiller, de la parer, et tout simplement le valoriser parce qu’en réalité, c’est l’une des bases du développement personnel.

La démarche n’est ni simple ni facile mais elle n’est pas impossible et je vous mentirais si je vous disais que je m’extasie chaque matin devant mon corps nu. Comme presque tout le monde, je connais des états de grâce, suivis de pics d’insatisfaction, le statut que je donne à mon corps oscille souvent d’un extrême à l’autre et pourtant c’est tout ce qu’il y a de plus normal et de plus sain. Je suis une femme comme les autres.

Il faut se rappeler qu’on ne peut pas changer de corps et c’est avec celui-ci qu’on devra vivre. Entre nous, c’est à la vie à la mort, alors ça ne laisse que très peu de choix, pas vrai? Donc le seul moyen de parvenir à établir un traité de paix avec ce compagnon à la fois étranger et intime est de se réconcilier avec lui.

 

Maintenant, laissez moi vous montrer comment je me suis réconciliée avec mon corps. En étant moi-même tout simplement et c’est fou le bien que ça fait de se détacher du regarder des autres. Dans ma situation, il est plus que nécessaire de se détacher de ces regards, surtout quand je décide, un dimanche après-midi, de shooter un look pas très loin de la rue Saint Denis à Paris.

Robe JUNAROSE – Casquette ASOS – Bottines ASOS (modèle similaire)

Photographe: Faouzi BOUDRI

 

Sawsan

4 Comments

  1. Thanx! Your words got me misty-eyed, again! The warmth and depth of the feelings you share put me in touch with my feelings, and you represent the brand clothing you model very well. I like the colors and styling which is not too extreme, and your make up isn’t heavy – it lets you shine through! It is freeing to hear you express yourself. France must have many critical voices, because you would no longer be considered excessively heavy in the US . . Only by nuts who get a heart attack, because they are so obsessive . . . It inspires me to want to record some thoughts of being plus-size in the US . . . Besides the meat and dairy industry allowing hormone-fed cattle, which likely trickles down to supersize babies and adults here, it is such a shocking environment here, I think US women sometimes put on weight as a body armor against unwanted attention seekers and other nuisances. I posted a link again, to my twitter:

    SizePlus.net – hope that’s okay! 3 Likes already for your photo and words, translated!

  2. Hello ma belle,
    Tes looks sont toujours aussi beaux ! Moi je me catégorise comme une grande « SHOPPING ADDICT », j’ai trouvé de magnifiques petites perles sur http://www.buzzao.com 🙂 Je suis certaine qu’elles pourront te plaire ! Sache que tu es magnifique comme tu es, vraiment !
    Au plaisir de te lire,
    Pleins de bisous ♡

  3. Tu es canon ! Tu as bien raison de t’assumer telle que tu es car tu es sublime ! Tu n’as rien à envier aux autres je t’assure ❤️ Ta robe est vraiment très belle et associé avec ta casquette c’est super beau ! Je suis trop fan de ton blog !
    Des bisous

Laisser un commentaire