); ga('send', 'pageview');

« L’amour de soi n’est pas chose innée, elle s’acquiert doucement »

Je n’avais pas prévu d’enchainer avec un article comme celui-ci, tout comme je n’avais pas prévu que le précédent article allait suscité beaucoup de réactions et d’émotions. Certaines m’ont fait part de leur mal-être et de leur expérience, d’autres sont venues me demander conseils et souvent, on m’a cité comme exemple. Pourtant les choses n’ont pas été plus facile pour moi aussi et mon parcours n’a rien de particulier, il est comme le votre et j’ai moi aussi eu un mauvais rapport avec mon corps et mon image durant de longues années. C’est ce que j’ai envie de partager avec vous à travers cet article.

Petite déjà, j’étais ronde et lorsqu’on est une fillette de 6/7ans toute joufflue avec un petit bidon, on est à croquer. J’étais la petite poupée de ma mère. Ma mère, la plus belle femme à mes yeux et je n’avais qu’un souhait; être elle quand je serai grande et quelle fierté lorsqu’on nous trouvais une grande ressemblance!!
Sauf qu’après quelques années et une grosse accumulation de kilos superflus, j’étais trop grosse pour être sa poupée et lorsqu’on osait encore nous trouver une ressemblance, elle répliquait, comme pour se défendre, qu’elle n’a jamais été aussi grosse à mon age.
Elle ne supportait pas mon gros corps et je ne supportais plus sa facon de me hurler dessus dés que j’ouvrais la bouche pour y introduire de la « bouffe ». J’aurai voulu qu’elle soit la cause de mes maux, de mon mal-être parce qu’il est plus facile de s’apitoyer sur son sort lorsqu’on tient un coupable mais ce n’est pas le cas.
J’ai longtemps pensé qu’elle ne m’aimait pas et avec du recul j’ai compris que ma mère et moi nous nous ressemblons vraiment que ce soit par l’apparence (qu’elle le veuille ou non) ou par le caractère, nous sommes toutes deux des « handicapées des sentiments ». Cette façon qu’elle avait de me hurler dessus c’était pour me protéger, sa facon de me montrer qu’elle s’inquiétait pour moi. Il n’y a pas de doute, elle m’a toujours aimé et m’aime encore, c’est juste qu’elle était maladroite…

A 25ans, j’avais atteint un poids de 135kg et mon état de santé était alarmant, obésité morbide, diabète, hypothyroïdie, cholestérol, hypertension artérielle, problèmes articulaires. C’est à cette période que mon médecin me proposait, pour la seconde fois, de subir une intervention de chirurgie bariatrique. Un anneau gastrique. Je l’avais refusé la première fois mais cette fois-ci, il avait de bons arguments. J’encourais plus de risques dans cet état là que par une intervention où les risques sont minimes, puis il y avait mon fils…

Quelques mois plutard j’ai subi une gastroplastie, je ne croyais pas tellement en l’efficacité de cet anneau et pourtant la perte de poids fut immédiate, -15kg le premier mois et forcément mon état de santé s’était amélioré notamment mon diabète et cela ne pouvait que regonfler ma motivation, j’avais retrouvé du plaisir à faire du sport, mon corps se transformait.
Mon entourage l’avait remarqué, d’un côté il y avait ceux, qui pendant des années me harcelaient avec divers régimes, trouvaient que j’avais perdu de mon charme et de ma jovialité et de l’autre côté, il y avait ma mère qui trouvait que ce n’était pas suffisant.

Moi dans tout cela, j’étais perdu, je ne me retrouvais plus.

Au bout de 2ans et après une perte de 30/35kg mon chirurgien reconnaissait que l’intervention était un échec. Après tout ça, c’était un échec!! L’anneau gastrique avait atteint sa durée de vie de deux sans que j’ai pu atteindre le poids d’arrivée qui était fixé, néanmoins il avait une nouvelle chirurgie bariatrique presque « miracle » mais irréversible, le by-pass. Voilà ce que me proposait mon chirurgien.

Le déclic a eu lieu à ce moment là. Les gens qui m’entouraient étaient obsédés par les kilos en trop et je n’avais plus le droit de choisir ce qui était bon ou non pour moi.
J’avais décidé d’en arrêter là, j’étais fatigué de courir après quelque chose que je n’étais pas certaine de vouloir, je courais parce qu’on me l’avait demandé et j’avais fait trop de mal à corps, mon ventre en porte toutes les traces.

Il fallait sans doute se rendre à l’évidence, nous sommes toutes différentes et j’étais probablement faite pour être ronde. Après tout, il existait bien de jolies femmes rondes et épanouies alors pourquoi pas moi. A partir de ce moment, j’ai commencé une thérapie par l’image et mon support fut mon premier blog « Une ronde épicée » (pour celles qui l’ont connu en 2009) et au fil du temps j’acceptais mon image et je prenais même plaisir à m’habiller (d’ailleurs j’ai toujours voulu être styliste…)

C’est à 30ans que j’ai réellement eu l’impression d’être une femme épanouie. Pas une femme ronde. Juste une femme. Et c’est à ce moment là, sans que je m’en rende compte, que mon corps et moi sommes devenus amis, fini la guerre des kilos et étrangement c’est là aussi que j’ai commencé à perdre du poids sans faire grand chose (la thyroïde y est pour quelque chose aussi).
Il faut dire que beaucoup de choses ont changé dans ma vie (je me suis séparée des personnes qui étaient une entrave à mon épanouissement), ma façon de manger avait aussi changé, je n’avais plus ces épisodes compulsifs, la nourriture n’était plus un refus et l’addiction au sucre avait disparue.

Aujourd’hui encore la vision que j’ai de mon corps reste déformée, je continue d’acheter des vêtements en taille au-dessus. Je fais du sport plus régulièrement et j’adore la musculation!!
Ma mère et moi sommes devenues proches, le jour où elle a compris que je ne serai jamais comme elle le souhaite. Elle me trouve jolie, même avec des kilos en trop et reconnait qu’on se ressemble!

C’est aussi grâce à vous, que j’en suis arrivée la. Merci!
Merci de me suivre chaque et pour certaines depuis le début.

N’hésitez pas à me contacter si besoin, via Facebook ou par mail.

12 Comments

  • Missy 7 juin 2013 at 01:24

    Un témoignage très touchant ! J'aime 🙂

    Reply
  • Pari Banou 7 juin 2013 at 07:14

    Arrête avec tes articles super émouvants ! C'est super bien ! Franchement. Il faut que tu saches que c'est en découvrant ton blog, le premier, en le suivant régulièrement, que j'ai commencé à relativiser et aujourd'hui j'accepte mieux, moi aussi, mon corps. Merci à toi, et pour ces deux derniers articles, merci encore, ce sont des mots touchants, et ceux que l'on avait besoin d'entendre. Merci à toi

    Reply
  • orlane 7 juin 2013 at 17:00

    oui encore un bel article (bravo) et merci de partager tout ça avec nous…j'espère un jour moi aussi m'accepeter comme je suis pour moi tu es un "modèle" dont j'essaie de m'inspirer 😉 à travers ton blog etc avc tes looks,ta joie de vivre bref MERCI

    Reply
  • Morwen 9 juin 2013 at 07:13

    C'est fou, j'ai l'impression de me lire !!
    Du coup j'ai aussi créée un billet sur mon blog où je raconte mon histoire, tu m'as donnée envie d'entrer dans les détails : http://mode-ronde-et-genereuse.blogspot.fr/2013/06/mon-histoire-plus-en-details.html

    Si ça t'intéresse.

    En tous cas j'ai toujours plaisir à te suivre, même si je ne poste pas forcément de commentaire ;d

    Reply
  • Gwend0u 9 juin 2013 at 11:48

    Comme tu l'as dit, on a toutes un parcours plus ou moins difficile avec nos corps et son acceptation. Mais en tout cas merci d'avoir partager le tien ! Tu es vraiment une belle personne, aussi bien à l’intérieur qu'à l’extérieur :).

    Reply
  • annie 15 juin 2013 at 10:14

    Ouaw, quelle courage et générosité de partager ton histoire avec nous.

    Ton histoire m'a beaucoup touché et donne envie de vivre avec plus de légèreté. Et ainsi, d'arrêter de se torturer, de s'accepter, de s'aimer et d'enfin vivre au lieu de survivre.

    Et en effet, je pense que toute femme est belle à partir du moment où, elle s'assume, s'aime et arrive à se mettre en valeur.

    Merci pour ton partage et merci d'aider tant de femmes à s'accepter.

    Reply
  • Anonyme 21 juin 2013 at 14:54

    waouh ! je ne me doutais pas que tu étais passée par ces épreuves (chirurgie, etc…). Bravo pour ton courage, et génial d'être ainsi apaisée avec soi-même 😉

    islandaise

    Reply
  • chaourcinette 16 juillet 2013 at 13:48

    Enfin! je t'ai retrouvée ma jolie ronde!! j'ai aimé la "ronde épicée", mais j'adore la jeune femme forte et sensible que tu es devenue….je te suis sur FB…mais j'aime lire tes articles! Merci d'avoir partagé avec nous ce qui t'a fait avancer ! bises!

    Reply
  • Doro 16 juillet 2013 at 15:56

    Très émouvant…Merci à toi de partager tout cela! J'espère qu'un jour je finirais aussi par "m'accepter" bien que je ne sois pas malheureuse pour autant ! Bisous

    Reply
  • Jordane 26 août 2013 at 15:43

    Bonjour,

    c'est un très joli article,
    parler de son parcours n'est pas facile mais je pense que ton témoignage aidera beaucoup de femmes et de jeune femme.
    J'aime beaucoup ton style, tu es vraiment belle, et tu as l'air d'être une très belle personne également.

    Merci d'avoir partagé cet article.
    À bientôt

    Reply
  • Camron Tietcheu 17 janvier 2016 at 19:21

    Quand on creuse, quand on s’intéresse on découvre toujours des trésors enfouis.

    Témoignage très poignant, empli de force et d’espoir.

    Reply
    • Sawsan 17 janvier 2016 at 21:44

      Merci Camron !

      Reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :