); ga('send', 'pageview');

d’une combinaison à un symbole de réconciliation…

Après des années à blogger, à créer mon style, en découvrir un autre, me réconcilier avec mon corps, je pensais m’être affranchir de tous mes complexes. Il aura suffit que me retrouver devant une combinaison pour réaliser qu’il me restait encore à un complexe, mon ventre.

Quand tu portes une combinaison pantalon, tu ne peux pas tricher et si tu voulais cacher les parties de ton corps que tu supportes le moins et bien c’est loupé !

J’avais jamais acheté de combinaison auparavant, pourtant j’adore ça et j’envie tellement celles qui en porter avec insouciance. Moi, si je devais en porter une, elle devrait être suffisamment large pour dissimuler ce ventre avec qui je ne suis pas totalement en paix. D’ailleurs pour preuve, j’en portais une pour la première et j’en parlais ici, une combinaison jupe-culotte. C’était plus facile, facile de tout cacher sous des larges pans de tissu.

C’était ma façon d’aborder ce sujet épineux, étape par étape. Quelques temps après, je passais à la combinaison short (ici). Là aussi, c’était plus facile de regarder mes cuissots dodues que mon ventre.

La combinaison pantalon m’effrayait mais c’était une étape que je devais franchir… Je devais la choisir minutieusement et ne pas céder à mes pulsions pour au final me retrouver avec une combinaison que je ne porterais pas et qui finirait sur un site de vide-dressing.

Elle devait être d’une coupe droite et pas trop près du corps , car de toute évidence je ne suis pas encore prête pour la combinaison de Catwoman. Je ne voulais pas seulement une combinaison qui gommerait mon ventre, au contraire ! Je voulais une combinaison, qui me ferait voir mon ventre autrement qu’un obstacle à mon épanouissement et qu’en choisissant la bonne pièce, je n’en ferais plus une fixation.

Ça m’a pris du temps mais j’ai fini par la trouver. J’ai aussi pris mon temps avant de la porter parce que je savais que j’allais en faire un look pour le blog et que j’allais me balader avec dans la rue. Je voulais montrer la réalité de mon corps de femme. Imparfait et vivant. Bien sure, la combinaison ne ferait pas oublier ce ventre mais elle me ferait sentir confiante.

C’est toute une symbolique qui se cacher derrière cette histoire de combinaison. Et ce que j’en retiens, c’est que je n’ai pas d’autres choix que de vivre avec ce ventre. Même si je ne suis pas certaine de pouvoir l’aimer un jour, du moins pas tout de suite, j’apprends à le regarder avec bienveillance. J’apprends à lui foutre la paix quand je m’assoies et qu’il se divise en doux bourrelets.

C’est de cette façon là que je me suis réconciliée avec mes plus gros complexes, avec mon plus gros complexe. Mon corps. Dans l’acheminement vers l’acceptation de soi, j’ai procédé étape par étape, à mon rythme.

Après toutes ces années à blogger, à me looker, à me prendre en photo, je viens seulement d’achever le travail sur l’un de mes derniers complexes.

Combinaison NEW LOOK (modèle similaire ici) – Escarpins Primark (modèle similaire ici)

Photographe: Faouzi BOUDRI

No Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :