); ga('send', 'pageview');

#31BloggingDays Challenge – Day 2 – Baltimore.

Valérie du blog « Blog to be Alive » a eu l’excellente idée de lancer un challenge qui consiste à bloguer une fois par jour sur un thème bien précis durant tout le mois de Décembre (du 1er au 31).

L’idée me plaisait assez alors j’ai décidé de la rejoindre sur ce challenge en commençant avec le 2ème jour dont le thème est « Que lisez vous en ce moment ». Je ne garantie pas une assiduité exemplaire mais je ferai en sorte d’être plus régulière.

********
Le livre dont je vais vous parler n’est pas ma lecture actuelle mais plutôt celle que je viens de finir, Baltimore de David Simon. Ce pauvre bouquin, qui, à première vue, ressemble à un impressionnant pavé de 937 pages pour un bon kilogramme (sacrée bête, n’est-ce pas?) mais passionnant de bout en bout, a poireauté plus d’un an avant que je me décide enfin à y consacrer du temps. 
Une fois les premières pages dévorées, il devient difficile de ralentir le rythme de lecture et d’en sortir tant on est absorbé par le récit (il a rempli mes nuits blanches!). Au fur et à mesure que j’avançais dans ma lecture, je commençais à comprendre l’engouement qu’avait suscité la série « The Wire » inspirée par le travail de David Simon.

Lorsqu’il débuta comme journaliste au Baltimore Sun, David Simon a réussit à obtenir la permission de suivre pendant une année les inspecteurs de la brigade criminelle de Baltimore. Une immersion totale. Tout est vrai, même le nom des enquêteurs. Pas d’amertume et de mise en scène dans le livre-enquête de Simone. Des fait, des scènes de crimes, des passages à l’institut médico-légal, des enquêtes de voisinage, des interrogatoires mais aussi des remises en questions, des angoisses et des fins de journées ou de nuits à picoler pour tenter d’oublier cette sordide ville où l’on assassine pour la drogue, le sexe, pour une dispute insignifiante ou même un regard de travers.
L’auteur dresse un portrait bien sombre des misères humaines d’une grande ville étasunienne, Baltimore, dans toutes ses splendeurs. On est embarqué pour une plongée dans l’obscurité de l’âme humaine où il faut être émotionnellement imperméable pour supporter toutes ces horreurs. Une chose est sure, on ne devient pas par hasard inspecteur de la brigade criminelle de Baltimore.
Simon dépeint chaque enquête à travers la personnalité de chacun des enquêteurs, il nous parle de ces enquêteurs qu’il suit durant cette année, de leur professionnalisme, de leurs coups de gueule mais aussi du fond de racisme qui tend parfois aux erreurs de jugements et à la mesquinerie dont font preuve certains. C’est aussi l’image de l’Amérique en général qu’on découvre, entre racisme et exclusion, justice à plusieurs vitesses et crimes violents.
C’est justement un crime d’enfant, celui de Latonya Kim Wallace, 11 ans, qui constitue l’arête centrale de ce récit, où l’auteur met en évidence la difficulté de l’enquête et l’acharnement des enquêteurs à résoudre le meurtre de cette petite fille dont ils croient connaitre le coupable sans pouvoir le prouver.

« C’est l’illusion de larmes et rien d’autre, l’eau de pluie qui s’amasse en petites perles et coule dans les creux de son visage. Les yeux marron foncé sont grands ouverts, ils fixent le trottoir mouillé; des tresses noires d’encre encadrent la peau d’un brun profond, les pommettes hautes et un petit nez coquin, retroussé. Les lévres sont entrouvertes, dans une moue presque imperceptible. Elle est belle, même maintenant. Elle est allongée sur le côté gauche, la tête inclinée, le dos cambré, une jambe repliée sur l’autre. Son bras droit est posé au-dessus de sa tête, son bras gauche est déplié, et ses petits doigts fins se tendent sur l’asphalte comme pour attraper quelque chose, ou quelqu’un, qui n’est plus là. (…)
Elle a 11 ans.
Chez les inspecteurs et les simples flics attroupés autour du corps de Latonya Kim Wallace, pas de plaisanteries faciles, pas d’échanges de blagues grasses, pas d’indifférence blasée. »

C’est un livre-enquête, un document remarquable qui se lit comme un polar fascinant, avec le sentiment d’y découvrir un univers tristement réel mais c’est surtout une véritable oeuvre littéraire d’un journaliste doté d’une excellente plume.
Un énorme coup de cœur.

Et vous, que lisez-vous en ce moment ?

No Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :